Bannière communiqués de presse

Un laboratoire numérique pour donner un nouveau souffle à la recherche sur l’asthme

  1. Accueil
  2. Media
  3. Articles
  4. 4 décembre 2018

Une étude sur cinq ans unique en son genre où technologie et biologie sont mises au service du recueil et de l’analyse de données sur l’asthme

Sanofi est sur le point de lancer une étude unique sur l’asthme, sur cinq ans, qui associera des techniques de laboratoire traditionnelles à un large éventail d’outils numériques, de manière à permettre aux chercheurs d’approfondir leur connaissance des mécanismes d’une des maladies chroniques parmi les plus fréquentes. Première étude de ce genre consacrée à l’asthme, elle suivra près de 1 200 personnes présentant différentes formes de la maladie. Tout au long de son déroulement, les chercheurs recueilleront un volume considérable de données : des données cliniques traditionnelles, de même que des données génomiques et environnementales et celles qui auront été obtenues au moyen des capteurs dont seront munis les inhalateurs connectés remis aux participants.

Cette étude collaborative sera menée par les équipes de recherche de Sanofi, Sema4 – une entreprise spécialisée dans les données de santé et les approches prédictives – et le Mount Sinai Health System. Contrairement à l’essai clinique classique, dont le but est de tester l’efficacité d’un médicament spécifique, il s’agit d’une étude longitudinale qui cherche à comprendre les patients. Son but est en effet de mieux appréhender les répercussions de la maladie sur les patients et en quoi son impact diffère d’une personne à l’autre.

« Pour développer de nouveaux traitements contre l’asthme, il faut d’abord mieux comprendre la maladie », explique Frank Nestle, Chief Scientific Officer de Sanofi Amérique du Nord. « Notre but est d’obtenir une image complète de chaque patient de l’étude, c’est pourquoi nous sommes enthousiastes à l’idée d’ajouter des technologies numériques aux examens médicaux traditionnels. Il s’agit d’une nouvelle façon d’aborder ce problème de santé important qu’est l’asthme ; nous espérons que cette approche nous orientera vers de nouvelles manières de traiter cette maladie. »

Cette collaboration cherchera tout particulièrement à intégrer différentes catégories de données, qu’elles soient génomiques ou encore environnementales, et à les analyser en ayant recours aux techniques appliquées aux mégadonnées (« big data »). Les chercheurs espèrent que ces analyses permettront de mieux comprendre le fonctionnement de la maladie, ce qui déclenche les crises d’asthme – épisodes aigus de détresse respiratoire qui peuvent survenir sans signes avant-coureurs –, quels sont les patients les plus susceptibles de répondre à certains traitements ou chez lesquels les traitements actuels sont plus ou moins efficaces. Ils espèrent aussi être en mesure d’identifier de nouvelles cibles pour le développement de futurs médicaments et d’aider les médecins à formuler des recommandations thérapeutiques plus efficaces à leurs patients.

« L’asthme est une maladie incroyablement complexe, dans laquelle entrent en jeu des facteurs génétiques et environnementaux, le niveau d’activité du patient, son système immunitaire et plusieurs autres paramètres », souligne Eric Schadt, Ph.D., Directeur Général de Sema4. « Nous pensons que le meilleur moyen de comprendre cette maladie passe par utilisation d’outils de modélisation très évolués pour pouvoir analyser et exploiter toute la richesse des données pluridimensionnelles que cette étude devrait permettre de générer. Cette approche pourrait déboucher sur des méthodes entièrement nouvelles pour soulager l’asthme et le traiter plus efficacement. »

Asthme : un problème de santé croissant aux dimensions internationales

D’après les estimations de l’OMS, il y a actuellement 235 millions d’asthmatiques dans le monde. L’asthme touche 35 millions d’enfants et d’adultes de moins de 45 ans en Europe, et une personne sur 13 aux États-Unis. C’est la maladie chronique la plus courante chez l’enfant aux États-Unis, où sa prévalence augmente chez les adultes comme chez les enfants depuis le début des années 1980.

L’asthme peut obliger les enfants à manquer des jours d’école et les adultes à s’absenter de leur travail. C’est également une maladie qui coûte cher : 56 milliards de dollars par an en dépenses de santé directes et en coûts indirects (perte de productivité et incapacités prématurées) aux États-Unis. Ces coûts élevés sont la norme dans les pays ou régions où la prévalence de l’asthme est la plus importante.

L’asthme est non seulement coûteux et perturbant, il peut aussi être mortel. Selon les estimations, cette maladie est mise en cause dans 180 000 décès chaque année.

« Les données montrent que la prévalence de l’asthme augmente et avec elle, les dépenses de santé et les coûts indirects que représentent les pertes de productivité et les incapacités prématurées engendrées par la maladie », explique le docteur Linda Rogers, Professeur agrégé et Directrice du Programme clinique pour les adultes souffrant d’asthme au Mount Sinai-National Jewish Health Respiratory Institute. « Malgré les progrès réalisés ces dernières années, de nombreux patients de notre programme ont des difficultés à contrôler leur asthme. Des innovations sont par conséquent impératives si nous voulons alléger le fardeau de cette maladie. »

Cinq années de données à analyser

Cette étude recueillera des données observationnelles ou de vie réelle, ainsi que des données physiologiques, à l’aide de capteurs numériques innovants ; elles seront ensuite traitées au moyen d’algorithmes d'apprentissage automatique et de techniques d’analyse avancées. Ces informations seront reliées aux données sur les activités des patients avant leur crise d’asthme, ainsi que sur les facteurs environnementaux comme les concentrations de pollens afin de brosser un tableau « en vie réelle » de chaque épisode aigu de la maladie.

Plus l’étude avancera dans le temps et plus les chercheurs auront des données à leur disposition qu’ils pourront analyser afin de dégager des tendances et divers enseignements. Cette étude devrait produire les ensembles de données les plus riches jamais constitués sur l’asthme.

« Sanofi applique les technologies numériques à l’ensemble de ses activités, à commencer par la recherche », rappelle Heather Bell, Responsable Global, Digital and Analytics de Sanofi. « Et ce sont ces technologies numériques qui rendent aujourd’hui possible la réalisation de ce premier programme de recherche de médicaments contre l’asthme fondé sur des données de vie réelle et entièrement tourné vers les patients. »

À propos de Sema4

Sema4 est une entreprise spécialisée dans les données de santé et les approches prédictives dont le postulat est que plus les informations sont nombreuses, les analyses approfondies et l’engagement fort, meilleures seront les capacités de diagnostic, de traitement et de prévention des maladies. Émanation du Mount Sinai Health System, située à Stamford dans le Connecticut, Sema4 cherche à transformer les soins de santé en créant des modèles plus dynamiques de la santé humaine et en définissant des trajectoires de santé personnalisées et optimisées, en particulier dans les domaines de la santé reproductive et de l’oncologie. Sa plateforme innovante (Sema4 Health Intelligence Platform) lui permet d’appréhender les maladies et le bien-être de manière plus exhaustive et de proposer des solutions scientifiques aux besoins médicaux les plus urgents. Pour Sema4, les patients sont des partenaires et les données doivent être partagées pour être utiles au plus grand nombre.