21 mars 2018

Sanofi maintient sa confiance dans le vaccin Dengvaxia®

 

Sanofi maintient sa confiance dans le vaccin Dengvaxia®

Sanofi Pasteur a consacré plus de 20 ans à la recherche et au développement de Dengvaxia®, le premier vaccin contre la dengue, maladie qui fait peser une menace grave et croissante sur la santé publique.  De fait, 3,9 milliards de personnes vivent dans des régions où elles sont exposées à l’infection par les virus de la dengue1. Selon les estimations, on compterait 390 millions de cas de dengue par an, dont 100 millions provoquent des manifestations cliniques et 500 000 une forme sévère nécessitant une hospitalisation2-3. La dengue peut être mortelle. Elle serait mise en cause, selon les estimations, dans environ 10,000 décès par an4.

Dès lors que la science peut apporter une solution potentielle, nous pensons qu’aucune famille ne devrait endurer les épreuves de cette maladie douloureuse et potentiellement fatale. Mettre un terme par la vaccination aux souffrances que peuvent causer les maladies évitables est une mission fondamentale de Sanofi à laquelle nous consacrons tous nos efforts.

La priorité de Sanofi est de garantir la sécurité et l’efficacité de ses vaccins. Tout au long du développement et du lancement du vaccin contre la dengue, nous avons respecté toutes les normes internationales et nous avons fait preuve de transparence à chaque étape du processus. Nous avons travaillé avec les pays partenaires dans le respect des normes éthiques les plus élevées et de toutes les lois et règlementations applicables.

Notre vaccin contre la dengue, sa sécurité d’emploi et son efficacité méritent la pleine confiance de tous. L’Organisation Mondiale de la Santé continue de le recommander pour la vaccination des personnes vivant dans des régions de forte endémicité et ayant déjà été exposées à l’un des virus de la dengue5. Dans les essais cliniques consacrés à ce vaccin, chez des sujets de plus de neuf ans, Dengvaxia® a permis d’obtenir une réduction de 93 % des formes sévères de l’infection et de 81 % des hospitalisations au cours des deux premières années6.  Aucun décès mettant en cause le vaccin n’a été rapporté dans les 15 pays où les essais cliniques ont été menés pendant plus de dix ans et auxquels 40 000 personnes ont pris part. Il n’existe à l’heure actuelle aucune preuve que l’administration de notre vaccin soit à l’origine de décès.

Nous sommes confortés par les prises de position de plusieurs médecins et scientifiques qui ont été interpellés par le manque de rigueur scientifique dans l’examen de la situation aux Philippines7. Plus de 700 médecins aux Philippines ont signé une pétition et ont commencé à dénoncer les fausses informations qui circulent au sujet de la sécurité du vaccin8.

Aujourd’hui plus que jamais nous observons une tendance troublante et nuisible qui consiste à rejeter les données scientifiques et médicales avérées et vérifiables. Cette situation nourrit un climat de défiance à l’égard de la vaccination avec toutes les conséquences négatives que cela entraîne pour la santé publique et devrait à ce titre tous nous préoccuper. Les fausses informations sur la sécurité des vaccins ont déjà provoqué aux Philippines un recul des taux de vaccination contre la polio, la varicelle, le tétanos et d’autres maladies9, avec tous les risques que cela peut engendrer pour les populations. Nul ne peut tolérer que des informations erronées nuisent ainsi à la santé publique en instaurant un climat de défiance dangereux et permanent à l’égard de la science.   

Pour notre part, nous nous engageons à continuer de faire en sorte que notre vaccin contre la dengue reste disponible pour tous ceux qui en ont besoin et contribue ainsi à faire reculer la maladie. C’est notre mission, mais ce devrait être aussi la mission de tous ceux qui ont la charge ou la volonté de défendre la science, l’innovation et la santé publique.


Références

1 World Health Organization, “Dengue and severe dengue” http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs117/en/
2 US National Library of Medicine National Institutes of Health, “The global distribution and burden of dengue” – April 25, 2013
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3651993/
3 US National Library of Medicine National Institutes of Health, “The global distribution and burden of dengue” – November 12, 2013 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3845515/
4 US National Library of Medicine National Institutes of Health, “Epidemiology of dengue: past, present and future prospects” https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3753061/
5 World Health Organization, “Questions and Answers related to the dengue vaccine Dengvaxia and its use” http://www.who.int/immunization/diseases/dengue/q_and_a_dengue_vaccine_Dengvaxia_use/en/
6 World Health Organization, “Questions and Answers related to the dengue vaccine Dengvaxia and its use” http://www.who.int/immunization/diseases/dengue/q_and_a_dengue_vaccine_Dengvaxia_use/en/
7 Among them, Dr. Heidi Larson, Professor at the London School of Hygiene and Tropical Medicine and Director of the Vaccines Confidence Project. “Philippines: Dengvaxia Scare -Turning A Serious Health Issue To A Political Witch-Hunt” http://www.vaccineconfidence.org/philippines-dengvaxia-scare-turning-serious-health-issue-political-witch-hunt/

8 https://mdpie.com/doctorfortruth
9 The Daily Telegraph, “Philippines immunisation rates plummet amid Dengue vaccination scare” https://www.telegraph.co.uk/news/2018/02/05/philippines-immunisation-rates-plummet-amid-dengue-vaccination/