2 mars 2017

    

Sanofi lance des essais cliniques « numériques »
pour améliorer le recrutement des patients
et en accélérer la conduite

"Avec les essais cliniques "numériques", nous pourrons obtenir et analyser bien plus tôt les données sur l’effet d’un nouveau médicament en situation réelle"

 

    
Sanofi lance des essais cliniques « numériques »
pour améliorer le recrutement des patients
et en accélérer la conduite

"Avec les essais cliniques "numériques",

nous pourrons obtenir et analyser

bien plus tôt les données sur l’effet

d’un nouveau médicament en situation réelle"

Sans essais cliniques, un nouveau médicament peut ne jamais franchir le cap du laboratoire et parvenir aux patients qui en ont besoin. Ces études soigneusement structurées peuvent fournir des données importantes, notamment sur la posologie appropriée, les bénéfices pour les patients et les effets secondaires potentiels.

Le recrutement de participants appropriés est néanmoins de plus en plus difficile, surtout lorsqu’il s’agit de traitements ciblant des maladies très spécifiques qui ne touchent que des populations restreintes de patients. Pour l’heure, on recense plus de 40 000 études cliniques en phase de recrutement aux États-Unis, dont certaines doivent inclure plusieurs milliers de participants devant réunir des critères bien spécifiques. Il n’est donc pas surprenant que 80 % de ces études importantes soient retardées en raison de problèmes de recrutement, selon une étude publiée par le Center for Information and Study on Clinical Research Participation (CISCRP).

Malheureusement, ces retards ont pour effet de prolonger la durée des essais de nouveaux médicaments innovants et de retarder leur approbation, tant et si bien que les patients doivent souvent attendre de nombreuses années pour bénéficier de nouvelles options thérapeutiques. Afin de remédier à ce problème croissant, Sanofi a décidé de s’associer à Science 37, une entreprise californienne de technologies et de services de recherche clinique, pour décentraliser et dématérialiser, grâce au numérique, la conduite de ses essais cliniques.

Des sites d’études décentralisés

Prenant appui sur la technologie mobile et les capacités de la télémédecine, cette nouvelle méthode permettra à Sanofi de conduire des essais cliniques « sans site » ou décentralisés, plus conviviaux car plus faciles d’accès, et affranchis des obstacles les plus fréquents à la participation des patients. Le recours à des technologies numériques pour rationaliser l’identification des participants, leur recrutement et le maintien de leur participation dans l’étude devrait permettre de réduire d’au moins 30 %  la durée des essais cliniques types, selon Science 37.

« Après des années consacrées à la recherche fondamentale sur un traitement innovant, les essais cliniques sont ce qui nous permettent d’obtenir et d’analyser enfin des données pertinentes pour comprendre jusqu’à quel point un nouveau traitement sera bénéfique aux patients », explique Lionel Bascles, Responsable Monde, Sciences et Opérations Cliniques de Sanofi. « Avec les essais cliniques “numériques”, nous pourrons obtenir et analyser bien plus tôt les données sur l’effet d’un nouveau médicament en situation réelle, ce qui permettra aux patients d’avoir plus rapidement accès aux médicaments. »

Ce passage au numérique élimine également plusieurs obstacles à la participation des patients, y compris le plus important : l’emplacement géographique.

Selon l’étude du CISCRP, 87 % des patients souhaitent vivement participer aux essais cliniques. Or, 70 % d’entre eux vivent à plus de deux heures de route du site d’étude le plus proche. Sachant que la plupart du temps, la participation aux essais cliniques oblige les patients à se déplacer pour des observations et examens réguliers, parfois plusieurs fois par semaine, il va de soi que leur éloignement du site de l’étude représente un obstacle important en termes d’accès.

Des smartphones et des infirmières de ville


La méthode de Science 37 permet aux patients d’être suivis et de transmettre les données de ce suivi aux chercheurs grâce à un iPhone d’Apple équipé de la technologie NORA® de l’entreprise. Les participants éligibles à l’étude reçoivent un téléphone, un forfait de données mobiles et tout autre capteur ou dispositif connecté nécessaire à l’essai, ainsi que les médicaments qui font l’objet de l’étude. Ceux-ci peuvent communiquer avec le personnel de l’étude à tout moment grâce au téléphone qui leur a été remis, tout en continuant d’être pris en charge par leur médecin traitant. Des infirmières mobiles sont également dépêchées à leur domicile pour différentes prestations, comme les prises de sang lorsque cela est nécessaire. Enfin, des cliniques ou hôpitaux locaux sont recrutés pour les examens radiologiques ou tout autre examen nécessitant un équipement spécialisé.

Les données des patients sont envoyées de manière sécurisée aux chercheurs qui peuvent y avoir immédiatement accès sachant que dans le cadre d’un essai clinique classique, celles-ci auraient été recueillies par du personnel médical au site d’étude en présence des patients. Cette plateforme peut également envoyer des messages de rappel aux patients pour qu’ils prennent leurs médicaments au bon moment et permettre aux chercheurs de savoir si les participants respectent les critères de l’étude.

« Notre modèle décentralisé de conduite des essais cliniques permet de remédier aux principaux inconvénients des essais cliniques traditionnels, comme le recrutement des patients et leur maintien dans l’étude. Peu importe qu’ils vivent à proximité d’un grand centre de recherche ou dans une région éloignée, grâce à cette technologie, la participation est accessible à tous », précise Noah Craft, Directeur Général de Science 37. « En permettant aux patients de rester chez eux plutôt que de se présenter au site de l’étude, nous éliminons la contrainte des déplacements pour ceux qui sont trop malades ou qui vivent trop loin. Nous permettons aussi aux personnes éligibles qui souhaitent se porter volontaires, mais ne sont pas en mesure de le faire à cause de leur éloignement géographique, d’avoir accès aux études cliniques. »

La plateforme Science 37 permettra également de recruter des patients qui, en temps normal, ne participeraient pas à des essais cliniques, « de sorte que nos données rendront compte de la diversité de la population », ajoute Lionel Bascles. « En plus d’alléger les contraintes pesant sur les patients, les essais cliniques décentralisés ont plus de chances de les motiver à maintenir leur participation jusqu’au bout, ce qui améliorera la pertinence et l’acceptabilité des données fournies aux organismes de réglementation. »

A propos de la collaboration

L’accord que Sanofi a conclu avec Science 37 porte sur le modèle Metasite™ et la technologie NORA aux États-Unis, avec possibilité d’étendre le recours à ces techniques à l’échelle internationale. En écourtant de plusieurs mois les procédures de recrutement des patients et en évitant à ces derniers de longs déplacements jusqu’aux sites des études, ces essais cliniques « virtuels » pourraient permettre de gagner jusqu’à deux ans et d’écourter d’autant la durée totale des essais cliniques.

Ce partenariat est l’étape la plus récente du rapprochement entre Sanofi et Science 37 qui a débuté en octobre dernier lorsque le fonds de capital-risque de Sanofi, Sanofi-Genzyme BioVentures, a pris une participation minoritaire dans Science 37.

« Le palmarès de Science 37 est excellent et son approche du développement de technologies numériques pour la conduite des essais cliniques est à la fois brillante et visionnaire », a déclaré Heather Bell, Responsable Monde du Numérique de Sanofi. « Dans le cadre de notre stratégie numérique, nous avons élargi le périmètre de notre fonds de capital-risque pour inclure les investissements dans le numérique.  Science 37 est notre premier investissement de ce type depuis ce changement d’orientation. Il va sans dire que ce projet nous enthousiasme beaucoup. »

 

 

IFrame