14 Novembre 2017

L'importance de l'éducation et de la prévention pour surmonter le défi du diabète


Le programme KiDS de Sanofi s'étend à plus de pays

 

L’importance de l’éducation et de la prévention pour surmonter le défi du diabète


Le programme KiDS de Sanofi s'étend à plus de pays

Ce 14 novembre marque la 28ème édition de la Journée mondiale du diabète, une occasion unique pour Sanofi et ses partenaires de réaffirmer leur volonté de lutter contre cette maladie et de sensibiliser l’opinion publique à cette épidémie mondiale.

Le diabète poursuit sa progression à l’échelle mondiale et représente plus que jamais une véritable menace de santé publique. Son incidence a nettement augmenté dans chaque région du globe : 450 millions de personnes seraient aujourd’hui atteintes de diabète et 12 % des dépenses mondiales de santé sont imputées au diabète, selon la Fédération internationale du diabète (IDF).

Cette année, la Journée mondiale du diabète, célébrée le 14 novembre, jette un éclairage sur les défis auxquels sont confrontées les femmes atteintes de diabète et notamment sur leurs besoins en matière d’éducation et de soins. Non seulement le diabète affecte la vie quotidienne de millions de femmes, mais il est aussi la neuvième cause de mortalité féminine à l’échelle mondiale, avec 2,1 millions de décès chaque année.

Le diabète a des conséquences particulièrement significatives sur les femmes pendant la grossesse et l’accouchement. Environ 40 % des femmes atteintes de diabète sont en âge de procréer. Le diabète, et plus particulièrement le diabète de type 1, les expose à de multiples risques : fausses couches, accouchements prématurés, anomalies congénitales. Une naissance sur sept est en outre affectée par le diabète gestationnel, sans compter que près de la moitié des femmes qui présentent un diabète gestationnel développeront un diabète de type 2 dans les 10 ans qui suivent leur grossesse.

L’environnement des personnes atteintes de diabète est un aspect essentiel à leur bien-être et à l’amélioration de leur qualité de vie. Il est important de reconnaître que les femmes ont également en main les clés pour atténuer les effets que le diabète a sur leur vie et sur celle de leur famille. Quel que soit le type de diabète, et parce que les femmes sont souvent aux premières lignes en matière de soins de santé primaires, elles sont particulièrement bien placées pour inculquer de saines habitudes de vie à leur famille et surtout à leurs enfants, dès leur plus jeune âge.

En tant que leader du diabète engagé dans le développement de solutions durables qui améliorent la qualité de vie des personnes diabétiques partout dans le monde, Sanofi a décidé d’étendre le rayonnement de son programme Kids and Diabetes in School (KiDS) qui fait partie de l’initiative Access Accelerated, visant à réduire d’un tiers la mortalité liée aux maladies non-transmissibles dans les pays à plus faibles revenus d’ici à 2030.

KiDS est un programme éducatif, développé avec l’IDF et la Société Internationale pour le Diabète de l’enfant et de l’adolescent (ISPAD), a pour objectif de favoriser une meilleure compréhension du diabète en milieu scolaire et d’accompagner les enfants atteints de cette maladie. Il permet de fournir un dossier d’information et de sensibilisation aux enseignants, infirmières et membres du personnel scolaire, ainsi qu’aux élèves (de 6 à 14 ans) et à leurs parents. Ce programme a pour but d’aider les enfants atteints de diabète à prendre en charge leur maladie et de combattre la stigmatisation dont ils font souvent l’objet. Il permet également de sensibiliser aux bienfaits d’une alimentation équilibrée et de l’activité physique afin de prévenir le développement du diabète de type 2 chez les enfants.

Ce dossier existe en neuf langues et a jusqu’à présent été distribué à 45 000 enfants et 4 800 enseignants en Inde, au Brésil, au Pakistan et dans les Émirats arabes unis. Le programme KiDS a été étendu cette année aux pays où l’incidence de la maladie augmente le plus rapidement, comme la Pologne et l’Égypte.

Une évaluation menée en Inde et au Brésil a fait ressortir une amélioration globale de la qualité de l’alimentation et de l’accès à des choix alimentaires sains — certaines écoles ayant pris des mesures pour interdire la consommation d’aliments sans valeur nutritive (« junk food »).

Cette évaluation montre également que l’anxiété des parents et des enfants atteints de diabète ainsi que de celle des enseignants a diminué, que les appels téléphoniques urgents aux parents sont moins fréquents et que le niveau de confiance au sein de l’environnement scolaire s’est amélioré.

L’objectif est d’obtenir un changement durable dans ces pays en travaillant étroitement avec les partenaires et décideurs pour introduire une éducation sur le diabète et ce qui constitue de saines habitudes de vie dans le programme national d’enseignement.

Le 14 novembre marque également le lancement d’une campagne sur les réseaux sociaux, avec des témoignages de personnes atteintes de diabète. Elle débutera sur Twitter avec les « Ambassadeurs du T1D Challenge » qui inviteront et encourageront les personnes atteintes de diabète, leurs parents et leurs aidants à se prendre en main. Ces échanges et témoignages permettront à tous ceux qui souffrent de cette maladie de voir qu’ils ne sont pas seuls et de prendre conscience qu’ils peuvent mener leur vie comme ils le souhaitent malgré leur maladie.

Parce que chacun a un témoignage à livrer sur son diabète et parce que tout le monde compte, il est particulièrement important, en cette Journée mondiale du diabète, de prendre des mesures contre cette maladie.

Connaissez-vous le T1D Challenge ?

– Un défi sportif créé en 2013 en partenariat avec Sanofi

– Réunir une équipe internationale de personnes atteintes de diabète de type 1 pour relever un défi sportif. Pour la première édition de ce défi, 12 personnes atteintes de diabète de type 1 de 7 pays ont escaladé le Kilimandjaro

– Objectif : démontrer « qu’ensemble tout est possible, malgré le diabète »